Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur ArtQuid. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre utilisation de cookies.

Se connecter

  Mot de passe perdu ?

Nouveau sur ArtQuid ?

Créez un compte gratuitement
S'inscrire Vendez vos oeuvres
  1. Prints d'art
  2. Peintures
  3. Dessins
  4. Photographies
  5. Art digital
  6. Thèmes
  7. Nos coups de ♡
  8. Plus
Pour rien. Jn Ducat Jean-Noël Ducat
   
Arrête donc de pleurer comme ça, tous ces gens te regardent maintenant, et personne ne comprend ton histoire, tu manges les mots avec tes sanglots, tu noies tes larmes dans ton porto, tu renifles comme une gamine, tu crois que tout va s'écrouler, que ta vie se termine là, sur ce chemin, ça fait tes heures déjà que je t'écoute et tu n'avances pas, tu restes assise la tête dans les mains, la nuit tombe déjà, encore et encore un mouchoir, tu as épuisé les tiens et tu entames les miens, allez bon sang secoue toi, et si on allait faire la fête, pour se distraire, un morceau ça te dit, et zut, garçon, vous nous remettez la même chose.
Tu n'as pas perdu ton boulot, t'as toujours ton joli appartement et des amis, tu n'es pas toute seule, et moi qui essaye de te distraire, mais oui je t'écoute, on pourrait penser à autre chose, finit ton verre au moins, tu veux autre chose sûrement, un café à la place, je pensais te faire un plaisir avec ce porto.
On dirait une enfant trop gâtée, qui vient de faire ses premiers pas et qui n'a jamais le tour du monde, et qui dit à qui veut bien l'entendre que ton monde s’effondre, tu la connais au moins ta planète.
Et tous ces enfants qui travaillent pendant que tu dors encore et qui n'iront se coucher bien après toi, le ventre vide, l'esprit ailleurs, sans haine, abattu, fourbu, sale, maltraité, sans arme, des animaux, des larbins, sans larmes, pourquoi gémir, tu les entends, toi.
Et ses femmes, aux mains usées, pas vraiment belles pour faire la une d'un médiocre magazine, vieille avant l'heure, mère avant l'heure, assise sur des sols poussiéreux, aux seins déformés, allaitants de maigres enfants, des seins aussi arides que cette terre de malheur, sans rêve, sans force, sans vie, l'avenir tout tracé, déjà cadavre, tu les vois, toi.
Et ses hommes, petits ou grands, qui n'ont connu que la guerre, qui n'ont que ce seul fusil comme compagnon, toujours une balle dans le chargeur, abattre pour ne pas être abattu, tués pères et mères, frères et sœurs, tous ses impies, chargés et déchargés, sans pitié, mieux que dans les jeux vidéos, être un homme même à 6 ans, un symbole, un exemple, pour une dictature, une armée, des politiciens, tu les plains toi.
Tu n'entends rien, tu ne vois rien, tu ne plains rien.
Il t'a quitté, alors tu pleures… Pour rien.
Pour rien
Oeuvres d'Artistes,  Peintures,  Acrylique
Auteur: Jn Ducat
50 x  40 cm  /   19.7 x  15.7 in
Thèmes: Scène de Vie  /   Origines: France  /   Genres: Réalisme  /   Caractéristiques: Signée  /   Authenticité: Original  /   Types d'Artistes: Artistes de loisirs  /   Supports: Sur Toile  /   Période: Contemporain  /  
 
Publié: 14 octobre, 2013 / Modifié: 15 octobre, 2013
Copyright Jean-Noël Ducat

Marisol Usandegi
Membre Premium Marisol Usandegi , 18 juin
Genial realizacion.
Anna
Anna , 25 septembre
J'aime… Anna
Anna
Anna , 23 janvier
Cela me rappelle rimbaut verlaine… J'étais prof. De Français ! ! ! ! ! Anna
Eliane Marque
Membre Premium Eliane Marque , 28 mai
Une oeuvre et un texte fort où se télescopent les ressentis, le repli sur soi ou l'ouverture aux autres, l'égoïsme ou l'altruisme… Certains chagrins demandent du temps pour être apaisés, mais n'empêchent pas le regard vers les autres.
L'art sert aussi au questionnement, cette oeuvre en est la preuve.
Waldemar Nobre
Membre Premium Waldemar Nobre , 26 octobre
Souvent l'homme se regarde et ne regarde plus… Mais c'est humain que l'humanité ne soit plus humaine, à force de confort et d'idées véhiculées… De médias et de mondialisation… Pus il y a de l'ouverture plus il y aura du repli sur soi, du regard dans la glace. Beaucoup à dire! Mais tu l'as bien dit Jean-Noël, en couleurs, et le message est dur mais fera son chemin.
Pixie Smith
Pixie Smith , 22 octobre
Stunning…
M. Pilar
Membre Premium M. Pilar , 19 octobre
Una gran obra y texto! ! ! !
Françoise-Elisabeth Lallemand
Membre Premium Françoise-Elisabeth Lallemand , 19 octobre
C'est juste :ça relativise la vie. Texte et oeuvre forts.
Leone
Leone , 18 octobre
Très beau pastel résumant très bien l'histoire si réaliste que vous nous racontez… Savoir regarder autour de soi aide à combattre nos propres souffrances…
Joper
Membre Premium Joper , 15 octobre
Pour rien, dis-tu ? L'amour n'est-t'il rien quand on a perdu «l'objet de notre raison de vivre», quand tout nous semble vain sans cet amour parti voir si ailleurs c'est plus beau, plus grand, plus tout ! L'amour nous rend aveugle et sourd à tout ce qui n'est pas Votre propre vie et l'amour perdu nous rend insensible à tout ce qui n'est pas «soi» ! Oui, le monde continuera de souffrir dans l'indifférence de ceux qui souffrent eux mêmes, la nature humaine est ainsi faite : égoïste, individualiste et si fragile aussi! Cette toile est l'essence même du chagrin, du grand malheur, et c'est pour cela qu'il est beau et inoubliable ! ! ! ! !
Corinne Humbert
Corinne Humbert , 15 octobre
Superbe !
Chantal Gilbert
Membre Premium Chantal Gilbert , 15 octobre
Superbe
 
Pour rien
Prix non public
En vente
61
Jean-Noël Ducat
Jean-Noël Ducat
Artiste peintre 
St Julien Les Gorze, France
Voir plus d'oeuvres similaires
Ajoutez une oeuvre similaire

Choisir une langue

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français