Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur ArtQuid. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre utilisation de cookies.
S'inscrire

Se connecter

  Mot de passe perdu ?

Nouveau sur ArtQuid ?

Créez un compte gratuitement
Vendez vos oeuvres
  1. Peintures
  2. Sculptures
  3. Dessins
  4. Photographies
  5. Art digital
  6. Thèmes
  7. Nos coups de ♡
  8. Plus

Un « gamer » et ses gammes

Patrick Chartol Publié: 26 septembre, 2017 / Modifié: 27 septembre, 2017
Un « gamer » et ses gammes
Un « gamer » et ses gammes
Ce qui frappe au premier coup d’oeil, en Patrick Chartol, c’est la modestie, la gentillesse qui l’imprègnent. Cette allure d’éternel grand dadais qui semble s’excuser d’avoir autant de talents. Certains doivent arracher aux nuits blanches le « poème ennemi », comme chantait Nougaro. A d’autres, tout semble venir si facilement qu’ils doivent lutter contre la pente facile du dilettantisme. D’autres enfin travaillent si bien que le résultat semble facile.
Patrick nourrit sa pétillante famille et ses deux passions (jazz et peinture) en assemblant, avec une patience d’horloger, des pièces de musique électronique prisées autant des documentaristes que des publicistes… Ou l’équipe de campagne d’un candidat aux présidentielles.
On l’imagine assez bien nous égarer de ses nappes sonores dans le labyrinthe de glace d’un parc d’attraction arctique. Son cher Jan Garbarek apprécierait…
Mais la froideur n’est pas son fort. Car, dans son optimisme hédoniste, il savoure les nouvelles technologies avec la même gourmandise que les épices orientales savamment orchestrées par sa compagne. Il les dispense avec la même générosité que les vives couleurs de ses plexiglas.
C’est ainsi que Patrick, producteur de bandes son chics, enrichit Patrick le bassiste et compositeur du groupe électro-jazz After in Paris, ponctuant volontiers ses partitions de sons synthétiques et d’extraits de dialogues de ses films cultes.
Il alimente aussi Patrick, pilier de la section rythmique du Claire Michael quartet (saxophoniste prodige, héritière mystique et inspirée de l’immense John Coltrane), pour un jazz modal extatique qu’ils portent ensemble à ébullition.
Et il irrigue Patrick l’artiste plasticien touche à tout qui s’expose en ce moment à Bures-sur-Yvette.
Cette expo tiendrait presque d’un croisement entre le salon high tech de Las Vegas et le concours Lépine. Il y a chez cet artiste / artisan une jubiliation à triturer les matériaux, des plus abstraits que sont les logiciels aux plus palpables comme la peinture au couteau. Il expérimente, il sélectionne et, enfin satisfait du résultat, il décline, change de support, tire une version colorée inoffensive d’une inquiétante fresque en noir et blanc…
Il sait depuis longtemps, comme la science vient de le démontrer, que tous les sens se combinent dans notre cortex et il nous invite à partager ce délicieux mélange. Il fait sortir sa musique de ses tableaux, diffuse des parfums qui nous imprègnent de façon subliminale tandis que nous laissons notre esprit dériver avec les images mouvantes d’une vidéo…
Son travail s’organise sur le thème du jeu et tout, y compris un paper board laissé à disposition des dessinateurs en herbe, tout incite le public à réagir, à participer. Et pour celles et ceux qui (plus d’un siècle après Kandinsky… ) Continuent d’être déroutés par « l’art abstrait », quoi de plus réconfortant que le jeu consistant à déceler, comme font les rêveurs dans les nuages, la forme familière d’un poisson ou le profil inquiétant d’un monstre !
Pour finir, pontifions un peu : il y a deux sortes d’art « moderne ». Celui qui exprime l’horreur de notre époque, qui nous parle angoisse existentielle et pousse son cri avec Munch, nous plonge dans les horreurs de la guerre comme Grosz, dresse le constat déprimant du machinisme et de la déshumanisation. Et il y a l’autre, celui qui, humblement, ne cherche qu’à nous réjouir l’âme. C’est le Douanier Rousseau et sa jungle d’Epinal, Matisse qui voyait sa peinture comme « un bon fauteuil », Miro et ses drôles de griboullis… Un art qui se dispense de ces commentaires abscons qui, trop souvent, nous tiennent éloignés de l’oeuvre au lieu de nous en rapprocher.
Avec Patrick Chartol, sons, mouvements, senteurs, formes et couleurs, tout est là, à portée. Il n’y a rien à comprendre. Savourez. A vous de jouer !
Philippe Gailhardis
Elodie Falgon
Membre Premium Elodie Falgon, 28 septembre
Je partage et je savoure… Des traits sûrs, de belles formes, des couleurs superbes et un imaginaire riche et gai… Un beau talent…
Elodie
Elodie Falgon
Membre Premium Elodie Falgon, 28 septembre
Je partage et je savoure… Des traits sûrs, de belles formes, des couleurs superbes et un imaginaire riche et gai… Un beau talent…
Elodie

L'actualité du Monde de l'Art en direct

 

Choisir une langue

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français