Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur ArtQuid. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre utilisation de cookies.

Se connecter

  Mot de passe perdu ?

Nouveau sur ArtQuid ?

Créez un compte gratuitement
S'inscrire Vendez vos oeuvres
  1. Prints d'art
  2. Peintures
  3. Dessins
  4. Photographies
  5. Art digital
  6. Thèmes
  7. Nos coups de ♡
  8. Plus

Surimpression, définition, avis et conseils

Hervé Hameury Publié: 15 avril, 2018 / Modifié: 15 avril, 2018
Surimpression, définition, avis et conseils
Cet article définit ce qu'est en photo, la technique de la surimpression. Puis sont décrits les moyens matériels que j'utilise, mais aussi quelques conseils pour les personnes intéressées.
Le résultat de l'emploi de cette technique peut se voir en allant sur mon site perso, ou sur ma galerie qui va comporter maintenant beaucoup de photos dans lesquelles cette technique est utilisée.
Surimpression
• Wikipédia dit :
Une surimpression (superimposition en anglais) est un trucage utilisé dans les films de cinéma et de télévision et en photographie, au cours duquel une prise de vues seconde est superposée photographiquement à une prise de vues initiale. Les deux prises de vues figurent sur le même fragment du film négatif, et sont vues l’une à travers l’autre, à différents niveaux de luminosité en fonction de l’effet recherché.
La surimpression existe aussi dans un autre truquage qui mélange les premières images d’un plan second aux dernières images du plan précédent : le fondu enchaîné.
Enfin, le titrage des films (générique de début et déroulant de fin) a souvent recours à la surimpression des lettres, dessinées sur fond noir, sur un ou plusieurs plans du film, qui servent alors de support à ce titrage1.
• Application personnelle :
J’utilise cette technique pour faire des photos originales :
1. Lorsque je veux donner une impression de mouvement, 2. Lorsque je souhaite associer deux images qui ont un lien commun, comme un oiseau dans son environnement, un orchestre situé dans un monument, un chanteur ou musicien avec une partition musicale.
3. Lorsque je laisse libre court au hasard pour avoir une photo intéressante.

• Matériel utilisé :
Je n’utilise que mon appareil photo qui me permet d’utiliser cette technique dans des conditions particulières :
1. Sélection « utilisateur « uniquement, ce qui signifie que les réglages soient pré enregistrés.
2. Temps entre les prises de vue limité à quelques minutes, d’où une certaine unité de lieu et de temps (comme au théâtre).
3. Sauf cas particulier, conservation pour les expositions d’une position commune (portrait ou paysage).
4. Essayer de ne pas oublier d’enlever l’option si l’on ne veut pas avoir de mauvaises surprises : exemple : panoramique composé de plusieurs photos, ou la photo de votre vie lors d’un évènement unique (un oiseau qui passe, une manifestation… Etc)
• Résulat
Il est quasi impossible de prévoir le résultat, même avec beaucoup d’expérience.
Mon appareil permet le choix du nombre de vues possibles. A part pour le mouvement, je conseille de se limiter à deux vues. Au-delà le résultat est totalement aléatoire car il ya tellement de paramètres (luminosité, contraste etc entre les vues) qu’il est impossible de maîtriser le résultat final.
Mon appareil permet également de choisir l’option « gain automatique », ce qui signifie qu’il gère lui-même la répartition des réglages à chaque prise de vue.
Après avoir « galéré » au début pour essayer de maîtriser mieux le résultat final, je conseille fortement le gain automatique.

• Post traitement
Le post traitement est très difficile car, à part pour des photos prises avec pied et petit intervalle entre chaque prise de vue, les réglages effectués pour la première prise de vue sont souvent très différents de ceux convenant à la deuxième, l
Je conseille donc de laisser la photo telle qu’elle est, après tout, c’est une photo originale quoi qu’il en soit.
• Techniques complémentaires
J’aime bien associer lorsque c’est possible, la vidéo dont j’extrais les images intéressantes une par une. Comme elles sont prises à un intervalle de temps très court, je peux, pour un sportif par exemple, avoir un visage net et complet que je peux extraire et « coller » sur une surimpression dans laquelle un visage « mort » sur l’autre.
Lorsque le sujet est une personne qui bouge, je lui demande de refaire le mouvement lentement pour avoir si nécessaire, comme dans une vidéo, des parties nettes que je superpose sur le résultat final.

• Le pied est il nécessaire ?
Pour des photos en studio, oui. Si le sujet ne sort pas du champ, en faisant le focus sur les yeux, on a de bons résultats.
• Conclusion
La technique de la surimpression donne de bons résultats mais reste très difficile à maîtriser
Cet article peut paraître un peu « sec », car il manque d’illustrations pratiques.
Je vous propose de suivre pour cela ma galerie qui va comporter de nombreuses photos utilisant cette technique et je m’engage à répondre à vos questions éventuelles dans la limite bien sûr de mon temps disponible.
Un dernier conseil que j’ai oublié : utilisez si vous le pouvez le quadrillage à la prise de vue que propose votre appareil photo.
Hervé Hameury
Membre Premium Hervé Hameury, 4 juillet
Bonjour, OUi mon apn est un Nikon d610 que je commence à bien connaître.
Oui, prendre des photos en série et les travailler ensuite donne aussi de bons résultats.
Mais les résultats sont prévisibles (enfin presque).
J'aime bien cette technique car elle réserve plein de surprises bonnes ou mauvaises, mais souvent intéressantes.
De plus, j'ai réalisé une commande d'une entreprise pour représenter le personnel au travail mais avec les qualités des sportifs.
Avec le temps il m'a été demandé de faire la même chose avec les nouveaux embauchés et je me dois de faire aussi bien voire mieux.
Merci pour ce commentaire qui me fait réellement plaisir car c'est le premier sur cette technique et cela me donne envie de continuer.
Sur le site perso, les photos de tir sont celles qui représentent le mieux le mariage vidéo surimpression.
Bonne journée.
Jeplor
Jeplor, 4 juillet
Bonjour
Cet article est très intéressant et rappelle une technique utilisée en argentique qui consistait à prendre 2 clichés sur la même pellicule. Je suppose que l'exposé ci dessus concerne un apn, mais lequel ? Les résultats semblent aléatoires et puisque vous intégrez en post traitement des parties d'images provenant de vidéos, pourquoi ne pas assurer le résultat en faisant l'ensemble des opérations de surimpression en post traitement en intégrant toutes les parties de l'image finale sur des calques différents, avec la possibilité de les travailler de manière indépendante. Bien sûr, on y perd en poésie mais on y gagne en efficacité. Bonne journée.

L'actualité du Monde de l'Art en direct

 

Choisir une langue

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français