Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur ArtQuid. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre utilisation de cookies.

Se connecter

  Mot de passe perdu ?

Nouveau sur ArtQuid ?

Créez un compte gratuitement
S'inscrire Vendez vos oeuvres
  1. Prints d'art
  2. Peintures
  3. Dessins
  4. Photographies
  5. Art digital
  6. Thèmes
  7. Nos coups de ♡
  8. Plus

Prochainement un roman -Les voleurs de rêves- chapitres à venir

David Lurcott Publié: 3 septembre, 2021 / Modifié: 3 septembre, 2021
Prochainement un roman -Les voleurs de rêves- chapitres à venir
Lorsqu’on est môme, on à tous des rêves.

Rêve d’une fille entraperçue dans la cours de récré ou dans un feuilleton quelconque.
Rêve d’être un adulte qu’on a croisé dans la rue ou au détour d’une bande dessinée.
Rêve d’être un personnage connu des médias.
Qui ne les a pas eu. Pour certains et même pour la majorité, avec le temps, ces rêves s’évaporent pour laisser la place à une morne réalité, rythmée au tic tac de cette horloge implacable qui ne laisse pas une fraction de seconde à l’imaginaire.

Mais lui, lui… Avait en quelque sorte retardé l’horloge. L’avait bricolé pour la mettre à son heure.
Le premier de son rêve, ne fut pas par un quelconque feuilleton où il serait tombé amoureux de la petite fille de «la petite maison dans la prairie. » Non, lui ce rêve était bien une réalité. Dans un camp de gitans ou tziganes il ne s’en souvient plus très bien. Et puis, quelle importance. Elle était là, cheveux ondulés, yeux verts, il ne voyait plus qu’elle. Même si il ne lui dit que quelques mots, il ne pu s’empêcher quand il parti avec son père, de lui donner une pièce de 20 centimes.

Le deuxième fut par l’intermédiaire d’une bande dessinée. Cet homme aux cheveux frisés, lui donnant une détermination, une force indestructible. Il courrait… Après quoi ? Peu importe. Il était en mouvement et rien ne pouvait l’arrêter. Ça aurait très bien pu être un voyou, un bandit ? Il ne le savait pas, puisqu’il se contentait de regarder les images et… Qu’il resta sur la sienne.
Donc ce jour là, sa décision était prise. Il serait lui. Donc fort, indestructible et toujours en mouvement.

Le troisième, être un personnage médiatique, oui, effectivement. Son père étant ténor à l’opéra. Il arpentait les couloirs de l’opéra de Marseille (puisque c’est là que notre protagoniste est né et à passé son enfance. ) Cela à peut-être eu une relation de cause à effet, dans le fait qu’il devienne comédien.
D’un autre côté, étant devenu par la suite, metteur en scène, il avait toujours l’horloge en main. Par la suite, devenant auteur, il fit totalement disparaître cette horloge. De même que lorsqu’il peignait.

En résumé, il réussi à échapper au temps, et donc vivre ses rêves.

L'actualité du Monde de l'Art en direct

 

Choisir une langue

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français