Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur ArtQuid. En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre utilisation de cookies.

Se connecter

  Mot de passe perdu ?

Nouveau sur ArtQuid ?

Créez un compte gratuitement
S'inscrire Vendez vos oeuvres
  1. Prints d'art
  2. Peintures
  3. Dessins
  4. Photographies
  5. Art digital
  6. Thèmes
  7. Nos coups de ♡
  8. Plus

Dans le souvenir.

Nicolas Von Jahn-Burian Publié: 17 juillet, 2022 / Modifié: 17 juillet, 2022
Dans le souvenir.
Dans le souvenir.
Ce sont deux hommes qui m'ont marqué dans mes jeunes années. Plus encore, ils ont fait de moi ce que je suis aujourd'hui. L'un des deux était mon grand-père. Sa vie était la musique. Il dirigeait un orchestre classique. Sa passion allait de pair avec l'interprétation d'œuvres d'art. Des œuvres d'art de musique classique. Il passait des jours et des nuits à écrire des voix nouvelles et différentes sur des morceaux de musique de vieux maîtres. Aujourd'hui encore, je perçois dans des endroits et des situations l'odeur du vieux papier sur lequel il écrivait des notes et de la petite pièce d'un vieux moulin désaffecté, à laquelle menait un escalier tortueux d'une longueur interminable pour moi à l'époque. J'écoutais son jeu sur son violon, un instrument de Nicolas Augustin Chappuy datant du début du 18e siècle. Il a survécu aux guerres, a vécu l'histoire de plusieurs générations. Et c'est ainsi qu'il sonnait, c'est ainsi que mon grand-père en jouait.

Le deuxième de ces hommes qui ont marqué ma vie très tôt était mon ancien professeur d'art. Monsieur Ballon. Il m'a appris à dessiner, et avec lui aussi, c'était plus que cela. Grâce à lui, je pouvais, un peu comme avec mon grand-père, rêver. Monsieur Ballon avait une histoire pour chaque tableau, pour chaque œuvre d'art. Aucune de ces histoires ne ressemblait à une autre, antérieure. Il m'a appris l'art avec des mots, par des mots. Sensualité, brutalité, beauté, folie, cris et le murmure presque silencieux de l'histoire. Une image doit raconter une histoire. Il ne suffit pas d'une tache rouge, de six barres colorées sur la toile. Le spectateur doit vivre une image. Dans sa simplicité, sa complexité ou par son symbolisme pur.

Et c'est ce que ces deux hommes ont fait de moi. Ils ne pouvaient pas me protéger du mal pour mon avenir. Mais ils ont pu façonner mon âme et m'envoyer dans le monde. Avec un regard comme le leur, probablement. Et ce regard, qui consiste à redécouvrir sans cesse la beauté, permet de continuer, d'espérer. Grand-père Emil et Monsieur Ballon
Envoyer
Plus d'informations: https://www.theartof.studio

L'actualité du Monde de l'Art en direct

 

Choisir une langue

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français